Le Tour de Normandie s’arrête?

Alors que le prestigieux « Tour de France » s’est élancé sur nos routes, notre journal quotidien nous apprend l’arrêt du comité d’organisation du Tour de Normandie. Gloires et déboires du cyclisme se font face ! Comment s’étonner ? Alors que certains pouvoirs publics sont prêts à débourser des centaines de milliers d’Euros pour la plus grande des épreuves cyclistes, le prestige, nous autres « petits » organisateurs devons pleurer sans cesse quelques centaines d’Euros par-ci ou par-là ! Mais que serait cette grande épreuve si nous, les « petits », nous n’étions pas là. Que serait le cyclisme s’il n’y avait pas les courses départementales, régionales, nationales amateur ? S’il n’y avait pas les courses cadets, juniors, espoirs, féminines, qui dévoilent les champions de demain qu’on applaudira peut-être sur les routes de la « grande boucle » !

L’organisation d’une course cycliste du niveau Tour de Normandie ou, un cran au dessous, 3 jours de Cherbourg en Cotentin, est un engagement bénévole de chaque jour, tout au long de l’année, qui réclame du temps, de l’argent, des kilomètres, des compétences, de la passion, et beaucoup d’efforts de persuasion ! Avec nos forces mais aussi nos faiblesses.

Nous avons la chance, pour les 3 jours, de pouvoir nous appuyer sur la ville de Cherbourg-en-Cotentin, associée financièrement et matériellement à notre épreuve, sans faille, depuis 42 ans. Et bien sûr quelques autres, privés et publics, qui composent notre panel de partenaires qui doivent aussi être salués et remerciés.

Mais jusqu’à quand tiendrons-nous ? Les difficultés d’organisation sont légion, les routes deviennent de plus en plus difficiles. Haricots, rond-points, rétrécissements, dos d’ânes, ralentisseurs fleurissent partout. Les coûts augmentent sans cesse. Sait-on par exemple que l’État augmente chaque année la facture des forces de l’ordre, police et gendarmerie, de 15 à 30 %?

Alors aujourd’hui, l’Amicale Cycliste des 3 Jours de Cherbourg exprime son regret de voir compromis le Tour de Normandie et adresse un salut cordial aux organisateurs qui jettent l’éponge. En souhaitant que des réflexions s’engagent pour que le cyclisme, et sans doute bien d’autres sports, puisse évoluer à l’avenir plus sereinement et que soient mieux respectés tous les bénévoles qui s’y dévouent.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.